1607070-affiche-de-la-famille-belier-950x0-1

 

« La jeune Paula Bélier a un dilemme. Doit-elle suivre sa voie ? Celle qui, tracée depuis toujours, la rend indispensable à ses parents agriculteurs : auxiliaire de ferme, mais aussi traductrice et porte-parole ; elle est la seule de la famille à ne pas être sourde-muette. Doit-elle, au contraire, écouter sa voix ? Au lycée, presque par hasard, elle vient de découvrir son don pour le chant, grâce à son prof, monsieur Thomasson (Eric Elmosnino, irrésistible), fan monomaniaque de Michel Sardou : « Il est à la variété ce que Mozart est à la musique classique : impérissable », assène-t-il à ses élèves, entre une Java de Broadway et une Maladie d'amour.

Le nouveau film d’Eric Lartigau est un tracteur qui fonce tout droit, trace son sillon avec obstination sans se soucier de nuances et de finesse, avec une redoutable efficacité. 

Les handicapés sont évidemment plus épanouis (notamment sexuellement) que les autres et possèdent des qualités qui appartiennent à une époque révolue (honnêteté, sens du collectif, ardeur au travail, goût de l’entreprise, etc.) 

Etrangeté ou non : tout le monde (personnages et spectateurs) est appelé à se retrouver autour de l’œuvre de Michel Sardou, à la fois comme objet de moquerie collective et incarnation du socle culturel commun. »

Louanne. La gagnante de the voice. La jolie fille aux cheveux blonds.
Une puissante grande voix qui émeut et fait pleurer. Qu'on ressent jusqu'aux fonds de nos tripes.

La famille Bélier, attendrissante, protectrice, aimante. Sourds-muets mais présents. Le père, démuni mais gentil. La mère, hystérique mais attachée, le frère je m'enfoutiste mais mignon.

Comique, beaucoup de comique. Les passages où sont parodiées les scènes collectives ou politiques sont hilarantes.

Prof de piano un peu excentrique, foufou, fan de Michel Sardou qui va pouss

er le petit oisillon à aller chanter à Radio France.

Entre sa meilleure amie, la ferme qu'elle doit tenir, ses parents, ses amours adolescents, elle hésite à y aller. « Should I stay or Should I go ?»

Dois-je abandonner ma famille moi qui ai toujours été là pour les aider, les soutenir et faire office de communication entre eux et le monde ? Ou dois-je prendre mon envol, mon indépendance et suivre mes rêves pour enfin être libre et me connaître vraiment ?

On se rend compte que finalement, c'est la famille qui peut être déplore plus le départ de leur fille chérie mais qui finalement vont se laisser attendrir et se conforter dans cette idée.

Finalement, elle choisit son rêve et va partir à Paris, avec le garçon de ses rêves, son prof et sa famille venue là pour « l'écouter ». L'écouter avec le cœur puisqu'ils ne peuvent pas l'écouter avec leurs oreilles.

Le film est calme, serein, simple, naturel, un bon film français qui touche, émeut et fait pleurer.

On rigole beaucoup, on passe un bon moment. Les gens qui sont sorti(e)s de la séance avant moi avaient presque tous les larmes aux yeux je dois dire. Ça annonçait déjà la couleur.

Scène de famille attachante, touchante. Portrait d'une famille soudée, loin de la ville, renforcée par leur ferme et leurs animaux, à la campagne. Une jeune fille plein d'ambition et de charisme qui hésite un peu et peine à se faire un chemin entre ses parents et le lycée. Un rêve qui l'attend à Paris. Un prof excentrique (Eric Mesmonino) qui la remarque. Une chanson magnifique à la fin « Je vole ».. reprise de msieur Sardou. Beaucoup d'émotion. Agrementées par ci par là des chansons de la chorale des hautes-seines.

Film poignant, qui montre la force de l'amour familial. La force de l'amitié et de la 
solidarité.

Véritable cheminement initiatique pour cette petite adolescente qui va s'éclore loin de sa ferme...

la-famille-belier-videos-542d156309f5c

 

http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19548494&cfi